lundi 2 février 2015

Louis-Ferdinand CÉLINE, le film !

Le tournage du film Louis-Ferdinand Céline : un monstrueux géant pourrait débuter à Bruxelles en février/mars 2015. Les sociétés de production Be-Films et Jem Productions auraient retenu Denis Lavant et Géradine Pailhas dans les rôles principaux de Céline et Lucette.


> EXTRAITS du film : n°1 & n°2


Addendum, 14 février 2015 : Ce film serait l'adaptation du livre de Milton Hindus, The Crippled Giant (L'Arche, 1951, rééd. L'Herne 1999 et 2008), et relaterait la rencontre entre Céline et l'universitaire américain au Danemark. Il aurait pour titre La Fête est finie et serait réalisé par Emmanuel Bourdieu.

Addendum, 29 décembre 2015 : La sortie du film est annoncée pour le 9 mars 2016 et aura pour titre Louis-Ferdinand Céline, deux clowns pour une catastrophe.


Sur le sujet :
> Secrets dans l'île, un scénario de Céline pour le cinéma
> Denis Lavant récompensé aux Molières (2015)
Denis Lavant sur Radio Libertaire (2012)
Une lecture de Céline par Denis Lavant
> Denis Lavant sur Europe 1 (2014)
Théâtre 2014-2015
> Céline au cinéma
> « Gangster Holliday » : un synopsis de film de Céline

15 commentaires:

  1. Denis Lavant serait exceptionnel.
    Ceux qui se verront charger de la tâche d'adapter à l'écran le monument qu'est le Voyage auront un énorme travail à accomplir, rien que sur la transposition du style Célinien... Comment retranscrire cela ?

    RépondreSupprimer
  2. J'espère que Denis Lavant en fera moins des tonnes qu'au théâtre...
    Raoul

    RépondreSupprimer
  3. Céline imaginait l'adaptation de Voyage au cinéma comme dans le film "Telle est la vie" (ou "Les jours du pauvre n'ont pas de fin") du tchèque Carl Junghans, c'est-à-dire en muet avec quelques sous-titres, la parole tuant l'émotion. Il cherchait un cinéaste qui aurait assez de génie pour rendre dans un film muet, uniquement par l’image et la musique, l’émotion procurée à la lecture de Voyage, quitte à ne retenir que les moments forts de l’intrigue. Voir Année Céline 2013 (Du Lérot, éd.).

    RépondreSupprimer
  4. Merci Monsieur Mazet, je vais essayer de visionner ce film, mais après quelques recherches infructueuses, j'imagine qu'il est assez difficile à trouver.

    Je vous poste ici quelques descriptions du film, pour les intéressés :

    "La vie difficile d'une pauvre blanchisseuse dans les annees vingt. " Allociné

    " [Telle est la vie est une] chronique en sept chapitres de la vie d'une lavandière et des siens, ne ressemble à pas grand chose que l'on connaisse jusqu'alors. Il relève d'un réalisme épuré, économe, d'un cinéma du comportement, où les geste, jamais feints, font croire d'emblée aux personnages : la mère à sa lessive ou à son fer à repasser, le père à sa pelle, la fille (manucure) à ses ciseaux à ongles. Tel est l'art du réalisateur que les comédiens se confondent avec les personnages qu'ils interprètent.

    Axé en premier lieu sur la lavandière, sur ses tâches répétées et ses soucis domestiques, Telle est la vie témoigne, dans la peinture des êtres, d'un sens aigu de leur complexité, jusque dans l'imprévisible de leurs réactions. Travaillant dans un registre quotidien homogène, le réalisateur Karl Junghans sait modifier le ton à propos pour suggérer un moment de bonheur exceptionnel ou pour amener une scène dramatique. Il sait aussi mettre en évidence, dans un film qui n'est pas revendicateur, des réalités criantes : un bureau de placement où les tâches sont distribuées à la tête des clientes, un cabinet médical où l'avortement est interdit aux femmes désargentées. Mais Junghans sait aussi faire naître l'émotion par d'autres moyens : telle image de branches, lourde de gouttes, comme engourdies, dans le cimetière, vers la fin du film, en dit plus que la prière fonctionnelle récitée par un prêtre lointain." Sens-critique.

    RépondreSupprimer
  5. Je ne sais plus comment, mais à partir de Google, en tapant le titre ou le nom de l'auteur, j'ai pu visionner facilement le film, en deux parties. La deuxième, à mon goût, est la plus belle.

    RépondreSupprimer
  6. Les rapports entre Céline et Milton Hindus furent terriblement mauvais, comment peut on décemment imaginer faire un film sur Céline en s' inspirant du livre d' Hindus qui n' a pas cessé de le calomnier de bout en bout ??

    RépondreSupprimer
  7. Quid...
    Le tournage aurait du commencer..et depuis le temps, pas de nouvelles..?
    Ça ne se fera pas encore..

    RépondreSupprimer
  8. A voir la bande annonce... Grotesque au dernier degré !

    RépondreSupprimer
  9. Je viens de voir la bande-annonce. C'est absolument lamentable. Un contresens total sur sa musique, son être... qu'on aborde l'antisémitisme, bien sûr, mais l'interprétation de Denis Lavant est grotesque au dernier degré, fausse et imbécile. j'espère que les Céliniens auront le courage de le dire !

    RépondreSupprimer
  10. Oh la la, c'est pas Céline du tout ça. Si ça correspond à la Bande annonce, je pense que ce sera une belle merde ce film.

    RépondreSupprimer
  11. je viens de voir la bande annonce , meme pas envie d y aller , y vont nous foutre ferdine n importe comment

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens aussi de voir la bande annonce, la façon dont c'est filmé, les couleurs utilisées, et l'acteur Denis Lavant hystérique... ça sent le film pour ceux qui n'ont jamais lu une ligne de Louis-Ferdinand Celine et même sans voir lu, le mauvais goût se fait très vite sentir, pas besoin de plus je crois. Incroyable...

      Supprimer
  12. Pour ceux qui n'auraient pas encore vu ce film : https://vimeo.com/195782741

    RépondreSupprimer