dimanche 25 décembre 2011

Louis-Ferdinand Céline - RÉTROSPECTIVE 2011

Comme chaque année, nous vous proposons une rétrospective des publications consacrées à Céline, nouveautés ou rééditions. 2011, année du cinquantenaire de la mort de Céline, a inspiré les éditeurs puisque pas moins de 27 sorties ont été recensées. Vous retrouverez par ailleurs l'essentiel des articles de presse et des sorties magazines dans notre rubrique "Presse". La polémique qui a ouvert ce début d'année, suscitée par l'exigence de Serge Klarsfeld de voir supprimé le nom de Céline du Recueil des célébrations nationales édité par le Ministère de la Culture, a provoqué de très nombreuses réactions, dans la presse et sur internet. Elles sont à consulter ici.


RETROSPECTIVE 2011



Une version préparatoire et le texte définitif de Mea Culpa de Louis-Ferdinand Céline aux éditions du Lérot.

Une édition d’Henri Godard avec la reproduction intégrale du manuscrit. 104 pages, au format du manuscrit 21x27 cm. Tirage limité à 300 ex. numérotés, 50 euros.

Commande auprès de l'éditeur :
Tél. 05 45 31 71 56
du.lerot@wanadoofr
Du Lérot, éditeur
Les Usines Réunies
16140 Tusson



Dix chroniques de Pascal Pia publiées dans Carrefour.

Quand Pascal Pia, résistant et fondateur du journal Combat, écrit sur Céline, un souffle surprenant pour nos consciences étriquées vient nous rappeler à l’ordre. C’est une leçon de littérature et de franc-parler à la fois. Car Pascal Pia est un érudit qui sait comment défricher l’histoire littéraire pour mettre en évidence les évolutions, les rappels et les liens, les ruptures aussi, et dégager ainsi l’essentiel : « Ce sont les oeuvres qui comptent, non les extraits de casier judiciaire, ni les rapports de concierge ». Entre 1955 et 1977, Pascal Pia a consacré dans Carrefour dix chroniques à Céline, réunies ici, depuis les Entretiens avec le professeur Y jusqu’à Rigodon. Toutes sont écrites avec finesse et érudition et détonnent très heureusement dans le paysage journalistique actuel.

Pascal Pia, Céline en liberté, 10 chroniques publiées dans "Carrefour", 1956-1977, 80 p., 18 euros.

Commande auprès de l'éditeur :
Tél. 05 45 31 71 56
du.lerot@wanadoofr
Du Lérot, éditeur
Les Usines Réunies
16140 Tusson
www.editionsdulerot.fr


Dans la collection folio luxe de Gallimard, Voyage au bout de la nuit.

Publié à l'occasion du cinquantenaire de la mort de Louis-Ferdinand Céline. Un marque-page aimanté, en métal, accompagne chaque coffret. Prix : 11, 50 €.

Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, Folio luxe, 2011.
Commande possible sur Amazon.fr.


Actes du XVIIIè colloque internationale L.-F. Céline.

La Société d'Etudes Céliniennes a fait paraître les Actes du dix-huitième colloque international Louis-Ferdinand Céline (Dinard, 2-4 juillet 2010), "Images de la France dans l'oeuvre de Céline".

Au sommaire :
Introduction par François Gibault
D'un pays en exil ou la déchirure du retour par Ana Maria Alves
Le mal du pays dans Féerie pour une autre fois I par Sonia Anton
Céline : la baguette et le béret par Anne Baudart
Guignol's Band : un roman rempli de bruit et de fureur par Johanne Bénard
Le Père-Lachaise pour dernière patrie : stade ultime du patriotisme célinien par David Fontaine
La France occupée vu par Céline et Rebatet : un parallèle entre Les Beaux draps et Les Décombres par Pascal Ifri
Chateaubriand et Céline : la France vue de l'exil par Pierre-Marie Miroux
La France politique de Louis-Ferdinand Céline par Jacqueline Morand-Devillers
De la négation référentielle de l'image de la France à sa sensitivité par Suzanne Munsch
Au fil du temps l'évolution du patriotisme dans la correspondance célinienne par Véronique Robert-Chovin
Vérité référentiele et vérité textuelle dans Voyage au bout de la nuit par Bianca Romaniuc-Boularand
Louis-Ferdinand Céline : une certaine France (une certaine déchéance) : L'entre-deux-guerres par Anne Seba-Collett
L'humour célinien : une esthétique du noircissement par Yoriko Sugiura

Le volume 61 €. Commande possible auprès de la Société d'Etudes Céliniennes, 3 rue Monsieur, 75007 Paris.


Louis-Ferdinand Céline et le cinéma de Marc Henri Cadier.L'oeuvre de Céline est parsemé, ça et là, de nombreuses références au cinéma. Il a même souhaité que son Voyage au bout de la nuit soit porté à l'écran. Maints réalisateurs et non des moindres envisagèrent cette éventualité mais rien n'en résulta.
De plus Céline apparaît comme un scénariste méconnu et à la rigueur pourrait-on dire que la fameuse "trilogie allemande" - ses trois derniers ouvrages, D'un château l'autre, Nord, Rigodon - serait "montée" comme un film ?
Et là-dessus vient se greffer l'inévitable question Cinéma-Israël vue à travers le prisme célinien.

Marc Henri Cadier, Louis-Ferdinand Céline et le cinéma, Ed. MHC, 2011, 120 pages, 15€.


Mea Culpa

Les Editions Derrière la salle de bains publient Mea Culpa de Louis-Ferdinand Céline. Format 145x190 mm, sur papier bouffant 150 gr, couverture à grands rabats. Prix : 9€.

Commande sur le site de l'éditeur : www.leseditionsderrierelasalledebains.com







Le Réprouvé de Mikaël Hirsch en poche.

1954, l'Académie Goncourt décerne son prix à Simone de Beauvoir. Au même moment, Gérard Cohen, garçon de courses chez Gallimard, se rend chez Céline qui vit à Meudon comme au purgatoire. Peinture du milieu littéraire des années cinquante, errance dans un Paris disparu, confrontation entre deux êtres, Le réprouvé est un grand roman initiatique.

Mikaël Hirsch, né à Paris en 1973, Mikaël Hirsch est le petit-fils d'un fondateur de la NRF. Il est l'auteur de plusieurs romans, de nouvelles et d'un recueil de poèmes. Son dernier roman, Les successions, est paru chez l'Editeur.

Mikaël Hirsch, Le Réprouvé, J'ai lu, 2011.
Commande possible sur Amazon.fr.


Pierre Duverger, Céline, derniers clichés.

Les éditions Ecriture et l'IMEC publient Céline, derniers clichés, les meilleures photographies de Céline prises par Pierre Duverger entre 1957 et 1961. Préface de Viviane Forrester, avant-propos d'André Derval et postface de François Gibault. Sortie le 24 août 2011.

Devenu photographe après-guerre, Pierre Duverger réalise, de 1957 à 1961, une série de 71 clichés au domicile de Céline, à Meudon, à l'aide de son Leica M3. Les meilleures de ces photos inédites, dont quelques-unes furent révélées en 1981 par la Revue célinienne, sont rassemblées dans cet album sobrement légendé.
Les clichés de 1957 présentent l'écrivain à sa table de travail ou au côté de sa femme Lucette, au balcon de leur pavillon. Ceux de juillet 1960 sont en couleur : on y voit l'écrivain, en pelisse, assis dans son jardin, muni de sa canne. Enfin, un reportage réalisé le 1er juillet 1961 montre notamment Céline sur son lit de mort.

Pierre Duverger, Céline, derniers clichés, Ed. Ecriture/IMEC, 2011.
Commande possible sur Amazon.fr.


L'Année Céline 2010. Sommaire :

TEXTES DE CELINE
- Deux lettres et dix dédicaces à Romuald Gallier
- Lettres à divers : Herminée Howyan, Georges Michau, Jean-Gabriel Daragnès, Georges Geoffroy, Paul Marteau, Jules Almansor, Maurice Lemaître, Claude Gallimard
- Déclaration d'impôt
- Dédicaces et lettres passées en vente
- Fragment de lettres : à Jules Almansor, Théophile Briant, Ansbert Frimat, Georges Geoffroy, John Marks, Paul Marteau
- Editions et rééditions d'oeuvres de Céline

DOCUMENTS
- Sur les routes d'Eure-et-Loir, hiver 1918, par Gaël Richard
- Une médaille de bronze pour le Dr Destouches
- Autour du procès de Céline, par Gaël Richard
- Prière d'insérer de The Crippled Giant de M. Hindus
- La nécrologie de Céline dans la presse danoise, par François Marchetti.

ETUDES
- La science grotesque, La représenation de la figure du savant dans les romans de Louis-Ferdinand Céline, par Guillaume Grondin.
- Les traces d'une vie, recherches biographiques, par Gaël Richard.

CHRONIQUE
- Bibliographie critique : volumes, articles, colloques et travaux universitaires, chapitres de livres, fictions, périodiques.
- Adaptations et mises en scène, audiovisuel, bibliophilie, varia : théâtre, bibliophilie, expositions, tract, jeu, télévision, cinéma.
- Echos et mentions

L'Année Céline 2010, Ed. du Lérot, 2011, 35€.

Du Lérot éditeur
Les Usines Réunies
16140 TUSSON
05.45.31.71.56

Illustration de couverture : envoi de Céline à Romuald Gallier (coll. part)


Céline, l'infréquentable ? de Joseph Vebret. Préface de Jean-Marie Rouart de l'Académie française.

Cinquante ans après sa mort, le 1er juillet 1961, Céline, l'un des rares écrivains majeurs du XXè siècle, suscite encore polémiques, controverses, incompréhension et rejets de toutes sortes. C'est incontestablement un génie ; mais peut-être était-ce aussi un salaud ? Peut-on oublier que l'auteur de Voyage au bout de la nuit, qui a révolutionné la littérature française, a également publié trois violents pamphlets antisémites ?
Au cours de huit entretiens avec des céliniens incontestés et qui font autorité, Joseph Vebret tente de démêler le vrai du faux, la réalité du fantasme, la part de l'homme dans l'œuvre, sans j . amais lui chercher d'excuses ni de fausses justifications.
Ils sont donc huit à s'exprimer sans parti pris ni langue de bois : David AIliot, Émile Brami, Bruno de Cessole, François Gibault, Marc Laudelout, Éric Mazet, Philippe Sollers et Frédéric Vitoux, de l'Académie française.
Ni biographie complaisante, ni essai à charge, ces nouvelles « Causeries littéraires » font revivre l'immense écrivain que fut Céline et (re)visiter toute une période sans rien laisser dans l'ombre.

Joseph Vebret, Céline, l'infréquentable ?, Ed. Picollec, 2011.
Commande possible sur Amazon.fr.


Albert et Louis, un roman de Jean-Paul Mugnier. Dialogue entre Albert Camus et Louis-Ferdinand Céline.

Albert Camus et Louis Ferdinand Céline ensemble ? Improbable rencontre ! Pourtant c’est au dialogue entre ces deux hommes que l’auteur nous propose d’assister. L’un, Céline, de retour d’exil après avoir été condamné à mort par contumace et qui semble renouer avec le succès après la publication de D’un château l’autre, l’autre, Camus, de plus en plus contesté pour ses prises de position à propos de la guerre d’Algérie et qui pense lui-même à s’exiler. Le racisme affiché de Céline et celui sous-jacent reproché par certains à Camus ne sont pourtant pas les seuls éléments de cet échange. Céline, qui s’apprête à confier un secret à Camus veut d’abord s’assurer d’être considéré par lui comme un interlocuteur à part entière. L’Etranger et Mort à crédit seront les principaux supports de cette confrontation conduisant les deux hommes à revisiter certains aspects de leur enfance, à se découvrir mutuellement, pour qu’enfin, à l’issue de cet échange, Louis dévoile ce qui l’a poussé à vouloir rencontrer Albert.

Jean-Paul Mugnier, Albert et Louis, Ed. Fabert, 2011.
Commande possible sur Amazon.fr.


Lettres à la NRF, une sélection, en poche, de lettres de Céline à la NRF, paru initialement dans son intégralité en 1991 dans la collection Blanche.

Louis-Ferdinand Céline, Lettres à la NRF : Choix 1931-1961, Gallimard, 2011.
Commande possible sur Amazon.fr.


Céline's band, roman d'Alexis Salatko.
De 1945 à 1950, Louis-Ferdinand Céline vit en exil au Danemark. Après avoir passé un an dans les geôles danoises, il loge dans un taudis, en résidence surveillée, sur les bords de la Baltique. C'est là que Marcel Aymé, porté par le succès de Clérambard représenté à Copenhague, vient retrouver son vieil ami. Marcel, le témoin muet des bons et des mauvais jours, celui qui n’a jamais lâché Louis malgré leur différend et les assauts de la meute, est le seul à lui arracher un semblant de repentir, tout là-bas, au coeur de la nuit nordique. Céline est l’auteur français le plus lu et le plus commenté au monde. Comment expliquer ce mélange de fascination et de répulsion qu’il inspire encore aujourd’hui ? Cette amitié de trente ans entre Marcel et Louis est le prétexte pour explorer la vie de Céline, cerner sa personnalité dans toute sa complexité, bref tenter de percer son mystère, à travers une fiction inspirée des séquences les plus marquantes de sa vie.

Alexis Salatko, Céline's band, Robert Laffont, 2011.
Commande possible sur Amazon.fr.


Réédition (augmentée d'un chapitre inédit La Genèse avec Céline) chez Ecriture de La brinquebale avec Céline d'Henri Mahé, initialement paru en 1969 aux éditions de la Table ronde. Préface d'Eric Mazet.

Voici le récit d’une amitié, exigeante et mouvementée : celle de Céline, écrivain et médecin, et d’Henri Mahé (1907-1975), dit « Riton-la-Barbouille », artiste peintre. Durant trois décennies, de 1930 à sa mort en 1961, Céline a adressé à son ami Mahé plus de deux cents lettres, de quelques lignes à dix pages. Joies et irritations quotidiennes rendues dans le langage dur et sans fard de l’amitié, ponctuation lâchée à la volée, souci débraillé du mot juste : tout Céline est ici tel qu’en lui-même, avec ses bouffonneries, ses obsessions, ses haines, ses idylles, ses rêves et ses angoisses. Entre les lignes, Henri Mahé prend la parole pour raconter sa vie, leur amitié. Ce « classique » célinien est suivi d’un texte inédit et truculent, La Genèse avec Céline (1970), ponctué d’autres missives, ainsi que d’un choix de quarante lettres inédites (1942-1954).

Henri Mahé, La brinquebale avec Céline, Ed. Ecriture, 2011.
Commande possible sur Amazon.fr.


Céline, un antisémite exceptionnel d'Antoine Peillon. Médiocre libelle contre le Céline antisémite.

Avant-propos

En mai 2001, Georges Charpak m'avait fait l'honneur de me demander une note documentaire sur l'antisémitisme de Louis-Ferdinand Céline. Invité par Bernard Pivot à participer à la dernière émission de Bouillon de Culture (France 2), programmée à la fin juin, et sachant que l'acteur Fabrice Luchini, adorateur de l'écrivain, serait aussi présent sur le plateau, il souhaitait ne pas laisser passer l'occasion d'exprimer sérieusement l'horreur que lui inspirait l'auteur des Bagatelles pour un massacre, ainsi que sa révolte contre la complaisance d'un certain nombre de personnalités de la vie culturelle française vis-à-vis des dérives racistes particulièrement ignobles de celui-ci.
Malgré une forte pression exercée sur lui par l'animateur de Bouillon de culture (loyalement averti de son intention) pour qu'il renonce à s'exprimer sur ce sujet, Georges Charpak s'en est tenu à son projet. Aujourd'hui, les images de cette séquence mémorable sont aisément visibles par l'Internet (voir la vidéo ci-dessous). Elles montrent avec quelle dignité le grand physicien rend justice à l'Histoire.
Les pages qui suivent, et qui constituent aujourd'hui un petit livre, sont une reprise revue et augmentée de la note que j'avais rédigée il y a presque dix ans. Leur publication, sous cette nouvelle forme, représente, en premier lieu, un hommage affectueux à celui auquel elles étaient initialement destinées. Cet abrégé sur l'ignominie célinienne entend, de plus, confirmer une indignation sans partage face à la persévérance d'une sous-culture haineuse, très « idéologie française (1) », qui vire trop souvent au culte suspect d'un mauvais écrivain (2) qui n'était en vérité qu'un raciste délirant. Il s'agit, enfin, d'une synthèse qui n'est qu'une introduction - que j'espère efficace - aux travaux autrement considérables de Philippe Alméras, Yves Pagès, Jean-Pierre Martin, Émile Brami, Annick Duraffour, Pierre-André Taguieff, André Rossel-Kirschen...

Paris, le 25 janvier 2011.

Antoine Peillon, Céline, un antisémite exceptionnel, Ed. Le bord de l'eau, 2011.
Commande possible sur Amazon.fr.


Céline, une biographie d'Henri Godard.

Depuis sa mort, voici un demi-siècle, la stature de Céline n’a cessé de croître : qu’on le veuille ou non, il est un des auteurs majeurs du XXe siècle, un des plus lus, des plus commentés et assurément des plus disputés. Céline a inventé une manière entièrement nouvelle d’écrire le français. Son Voyage au bout de la nuit a été ressenti comme un choc, comme une révolution dans la manière de dire par le roman l’expérience humaine. C’est son oeuvre de polémiste qui devait plus tard lui aliéner durablement nombre de lecteurs. Mais peut-on vraiment dissocier le génie de l’écrivain des violences de l’homme ? Pour Henri Godard les deux sont inséparables. Cette biographie se propose précisément de retracer le chemin de la vie à l’oeuvre, tout comme elle s’efforce de pénétrer le secret de cette existence à l’épreuve du travail de l’écriture. Elle part à la découverte des vérités contradictoires de Céline, que restitue par fragments, de l’enfance à la mort, une abondante correspondance récemment réunie. C’est un portrait souvent inattendu qui se dessine peu à peu : de l’enfant sage et affectionné du Passage Choiseul au reclus de Meudon, en passant par le jeune commis de boutique, le cuirassier à jamais marqué par la guerre, le médecin des quartiers pauvres, l’antisémite furieux, le prisonnier de Copenhague… mais aussi l’amoureux de la mer et des ports, le copain qui adore parler sexe, enfin, le plus méconnu, l’homme qui mit le corps féminin et la danse au centre de sa vie. Au fil des pages et des années, c’est une figure plus intime, plus complexe, plus déchirée aussi, que découvre le lecteur. Cet itinéraire hors du commun échappe décidément aux simplifications péremptoires.

L'auteur
Essayiste, spécialiste du roman et des écrivains majeurs du XXe siècle, Henri Godard est l’éditeur de Céline dans la Bibliothèque de la Pléiade et l’auteur notamment de Poétique de Céline (Bibliothèque des Idées, 1985), Céline scandale (collection blanche, 1994, Folio n° 3066), Le Roman modes d’emploi (Folio essais n° 479).

Henri Godard, Céline, Gallimard, 2011.
Commande possible sur Amazon.fr.


La Fragmentation dans le roman. Louis-Ferdinand Céline, Robert Pinget, Alain Robbe-Grillet de Maryse Roussel-Meyer.

Le choix de l'écriture fragmentaire dans le roman peut se concevoir comme une force de dé́sintégration du genre. Il en va ainsi pour Graal Flibuste de Pinget, roman en forme de fragments, Le Voyeur de Robbe-Grillet, récit troué d'ellipses, et Rigodon de Céline, morcelant la syntaxe à la limite de la lisibilité.
Manière de dissidence, dis-jonction de l'épistémologie classique, la description devient étrange, étrangère, déconcertant toute doxa. La minutie descriptive des romans de Pinget et Robbe-Grillet libère du grand mythe de la Profondeur et du Sens. Au contraire, chez Céline, la description, absorbée par le discours, consiste à chercher un sens caché, à découvrir une vérité « sous le réel », dans un rythme calqué sur l'incohérence du monde. Ces oeuvres suscitent également une réflexion sur la notion de phrasé – les effets musiciens de sa dislocation, la fragmentation du discours ou de la composition procédant à la manière de l'art musical, tantôt variations, tantôt fugue ou sonate.
Enfin, en démystifiant les qualités du roman classique pour faire advenir un roman du jeu, l'ironie de la fragmentation sollicite l'active participation du lecteur. De la sorte, ces auteurs ont donné à leur écriture l'allure et la pugnacité d'un défi. S'affranchissant de la tyrannie de l'Oeuvre et des catégories littéraires, résistant à la tentation de la totalité, la fragmentation qu'ils instruisent dans leurs récits élabore d'elle-même l'idée très moderne d'un roman « transgénérique ».

L'auteur
Maryse Roussel-Meyer, Professeur agrégé de Lettres modernes à Toulouse, travaille sur la littérature narrative contemporaine et en particulier sur l'oeuvre de Robbe-Grillet

Maryse Roussel-Meyer, La Fragmentation dans le roman. Louis-Ferdinand Céline, Robert Pinget, Alain Robbe-Grillet, Presses universitaires Blaise Pascal, coll. "Littératures", 2011.
EAN 9782845164710 - Table des matières.


Réédition de Céline ou l'art de la contradiction de Marie-Christine Bellosta, un ouvrage paru initialement en 1990 aux PUF.

Voyage au bout de la nuit est le roman le plus connu de Céline, mais est-il pour autant facile à lire ? Pour son auteur, en 1932, il s’agit d’une oeuvre « impossible à classer », visant à « créer une image très fidèle de l’homme des villes », « satirique jusqu’à la férocité », « contée » pourtant de manière « candide » et destinée « aux médecins, aux universitaires et aux lettrés ». Il est donc tentant de le lire comme une étonnante réécriture de Candide, comme un roman philosophique qui traite du problème du mal, de la guerre et de la mort, et comme une somme qui met en question les idées de son temps : pour Freud contre la psychiatrie française, pour la « littérature prolétarienne » contre Proust, pour Darien et Stirner contre Rousseau, pour la psychanalyse contre la révolution. A recomposer ainsi l’univers intellectuel sous-jacent à cette oeuvre, on gagne d’en mieux comprendre la forme, les obscurités, les jeux intertextuels nombreux et les engagements. On y gagne aussi d’apercevoir la continuité logique de toute l’oeuvre de Céline, pamphlets compris.

Marie-Christine Bellosta, Céline ou l'art de la contradiction, Ed. CNRS, 2011.
Commande possible sur Amazon.fr.


Une enfance chez Louis-Ferdinand Céline de Maroushka Dodelé.Qui est Louis-Ferdinand Céline pour Maroushka qui, de 6 à 17 ans, prend des cours de danse chez Lucette Destouches? Longtemps, ce ne fut que le "mari de Lucette", un médecin, pauvre, dévoué à ses patients. A mesure que les années passent et que sa passion pour la danse grandit, elle découvre que le docteur Louis Destouches est également Louis-Ferdinand Céline, l'écrivain célèbre et controversé. Sous le regard tendre et quasi maternel de sa professeur, Maroushka apprend son futur métier. Les cours se déroulent à Meudon, dans la maison du maître. Céline est partout sans être vraiment là. C'est son ombre que l'on aperçoit, sa voix que l'on entend comme un écho, entre les cris de Toto, le perroquet, et les aboiements des chiens. Amis ou simples connaissances, écrivains, acteurs et réalisateurs défilent chez Céline. L'enfant côtoie ainsi Arletty, Audiard, Marcel Aymé, Simone Gallimard, Nadine Nimier, Dominique de Roux, Michel Simon... À 17 ans, Maroushka partira se former auprès d'autres professeurs sans s'éloigner pour autant de Lucette, dont elle demeure toujours très proche.

L'auteur
Danseuse de formation classique, Maroushka a travaillé auprès de Roland Petit. Désireuse de renouer avec ses origines (une grand-mère manouche), elle a mélangé dans ses spectacles danses tziganes et orientales et fait renaître ainsi la tradition des Ghawasies, les Tziganes d'Égypte.

Maroushka, Une enfance chez Louis-Ferdinand Céline, Ed. Michel de Maule, 2011.
Commande possible sur Amazon.fr.


Réédition aux éditions Pierre-Guillaume de Roux de Céline entre haines et passion, biographie de Philippe Alméras.

Cinquante ans après la mort de Louis-Ferdinand Céline (1894-1961), les passions présentes dans son oeuvre et sa vie continuent de produire tout leur effet. Qui pourrait encore ignorer aujourd'hui la haine antisémite de Bagatelles pour un massacre (1937) ? Une violence que l'humanisme antiguerre du Voyage au bout de la nuit (1932) était bien loin d'annoncer... Faut-il y déceler la marque d'une personnalité schizophrène où le bien et le mal ne se rencontrent jamais ? La biographie critique de Philippe Alméras nous permet, tout au contraire, de comprendre quels liens intimes et puissants ont uni le pamphlétaire et le romancier de génie dès l'origine. A travers un ardent chassé-croisé entre réalité rêvée et fiction vécue jusqu'à l'extrême... Puisque l'homme qui réinventa la littérature en grand sous les assauts d'une fièvre et d'une révolte sans précédent dont le Voyage et Mort à crédit ont immortalisé le style mythique, puisque l'homme qui s'impose d'ores et déjà comme l'un des plus grands écrivains du XXe siècle vient d'ouvrir une boîte de Pandore : celle de l'Histoire la plus idéologique de tous les temps. Celle d'un théâtre de folie dont il s'est d'abord contenté d'être le témoin et le spectateur impuissant lors de la Première Guerre mondiale avant d'en devenir la pythie durant la Seconde. Embrassant alors la tentation hallucinatoire d'une victoire définitive sur le destin, déployant sa démesure à l'échelle des haines qui combattent le spectre du déclin et de la défaite. C'est le passage de la ligne rouge qui voit le pamphlet soudain l'emporter sur le roman à l'issue d'une longue évolution où l'auteur, tour à tour désabusé, vindicatif puis imprécateur, aura joué d'innombrables registres en ne cessant de se créer tous les ennemis possibles et imaginables. Céline, certes, reviendra au roman. Entre-temps, il aura bel et bien poussé son "voyage" au bout de la nuit. La première biographie à rendre justice au Céline des passions dans une édition entièrement revue et augmentée.

L'auteur
Docteur ès lettres, professeur de littérature, Ph D de l'université de Californie à Santa Barbara, Philippe Alméras révolutionne l'image de Céline à travers les travaux qu'il lui consacre depuis quarante ans, dont Je suis le bouc, Céline et l'antisémitisme (Denoël).

Philippe Alméras, Céline entre haines et passion, Ed. P.-G. de Roux, 2011.
Commande possible sur Amazon.fr.


Céline, même pas mort ! de Christophe Malavoy.Est-il possible d’évoquer Louis-Ferdinand Céline sans faire jaillir toutes les passions désordonnées liées à la controverse des écrits de cet auteur hors du commun, qui aura marqué, quoiqu’il advienne et qu’on le veuille ou non, la littérature du XXe siècle ? Cinquante ans après sa mort, Louis-Ferdinand Céline divise toujours et crée la discorde. Provocateur infatigable, poète indésirable et cependant illuminé, homme libre et accusé de l’être, que dirait aujourd’hui Céline dans notre société moderne, standardisée, mondialisée, où règne en maître l’individualisme, le mensonge, l’intérêt et le profit ? Lui, le « prophète » qui annonçait déjà dans ses pamphlets les 35 heures, le salaire minimum, les « pavillons Borloo », la télé-réalité ou la Star Academy, que penserait-t-il de notre paysage social, économique, politique et culturel ? Comment réagirait-il à cette mise à l’écart dont il est encore la victime et la cible ? Serait-il blessé de ne pas être célébré ou commémoré ?
Écrit sur le principe platonicien du dialogue, Céline, même pas mort ! fait revivre l’auteur du Voyage au bout de la nuit et tente de faire entendre la modernité autant que les contradictions d’un homme qui fut toujours seul, conscient dès la tragédie de la Guerre de 14 - il avait alors tout juste vingt ans - d’être sous l’immense empire de la mort. Au-delà du portrait intime de Céline et de sa femme Lucette Destouches avec laquelle l’auteur s’entretient régulièrement, l’ouvrage se présente aussi comme une réflexion sur la nécessité de dire, non pas la vérité officielle, bien-pensante, accréditée, politiquement correcte, mais celle qui, au plus profond de nous, forge nos différences et nos tempéraments. Céline, même pas mort ! ne plaira pas à tout le monde. Mais n’est-ce pas au fond, ce qu’on peut lui souhaiter de mieux ?

Christophe Malavoy, Céline même pas mort !, Ed. Balland, 2011.
Commande possible sur Amazon.fr.


Les Editions de la Reconquête rééditent Apologie de Mort à crédit de Robert Denöel. Tirage à 100 exemplaires sur papier Polen Arena.

Le volume de 44 pages contient une présentation de François Gardet, le texte de Robert Denoël, le texte de Louis-Ferdinand Céline Hommage à Emile Zola.

1936, quatre ans après le Voyage au Bout de la Nuit qui avait sidéré critiques et littérateurs par le style et le talent que l’ouvrage exposait, Louis-Ferdinand Céline réitère avec Mort à Crédit. Cette fois le comité d’accueil est prêt, et c’est par tous la descente en flammes du nouvel opuscule du génie qui dérange. A tel point que son éditeur, Robert Denoël, dans une démarche exceptionnelle pour le milieu littéraire, prend la plume pour défendre son auteur dans un texte intitulé : Apologie de Mort à Crédit.
« Un livre paraît, il est énorme. Il rompt avec tous les usages… Le scandale est trop éclatant, l’audace est trop grande… Aussitôt, cent critiques entraînés et leur front héroïque, porte la marque de leur mission. Il ne s’agit plus de reproches courtois, de réserves, de blâmes discrets. Il s’agit d’une exécution. Il faut chasser du jardin des lettres une bête malfaisante et qui pue. C’est la ruée. Toutes les armes sont bonnes : le gravat, la boue, l’ordure du chemin. Tout y passe… »
Cédant aux instances d’un ami très cher, L.-F. Céline fit en 1933 un discours public, le seul et sans doute le dernier de sa carrière littéraire. C’était à Médan, un jour d’été. On demandait à l’auteur du Voyage au bout de la nuit de rendre hommage à Zola. L.-F. Céline, en définissant l’œuvre de l’écrivain naturaliste, dépeignit l’époque où elle fut écrite. Et cela l’amena à parler de la condition de l’écrivain d’après guerre. Ces pages sont, en quelque sorte, un commentaire, avant la lettre de Mort à Crédit.

Commandes par internet sur le site des Editions de la Reconquête.

Bibliographie des articles de presse et des études en langue française consacrés à L.-F. Céline. 1914-1961 de Jean-Pierre Dauphin aux éditions du Lérot.

Ce volume constitue une bibliographie couvrant la vie entière de Céline, y compris l'ensemble des articles nécrologiques. Les références sont classées, pour chaque année, par ordre alphabétique des auteurs et, pour un même auteur, chronologiquement. On trouvera en tête de chaque année un résumé bibliographique. Ce travail pionnier entrepris en 1964 et partiellement publié en 1973 (Sorbonne) et en 1977 (Ed. Minard) est appelé à figurer dans toute bibliothèque célinienne digne de ce nom.

Jean-Pierre Dauphin, Bibliographie des articles de presse et des études en langue française consacrés à L.-F. Céline. 1914-1961, Ed. du Lérot, 470 pages, 65€, 2011.
Commande possible sur le site de l'éditeur.


Le défilé des réfractaires de Bruno de Cessole, une cinquantaine de portraits d'écrivains parmi lesquels figurent Céline.

Un matériau réfractaire ne se définit pas seulement par un point de fusion élevé (1 800° C), mais aussi par la combinaison d'autres propriétés comme une haute dureté, une faible vitesse d'évaporation, et la résistance à certains milieux corrosifs. Un écrivain réfractaire répond en grande partie à ces critères : il possède une dureté particulière qui lui a permis de résister à l'usure du temps, une vitesse d évaporation faible, qui explique la permanence de ses écrits, et une forte résistance à la corrosion de son époque comme à celle des époques ultérieures. A ces qualités physiques s'ajoute, au figuré, une certaine propension à l'insoumission, la difficulté à reconnaître quelque autorité ou emprise que ce soit, et la résistance à un grand nombre d'infections mentales ou de traitements hygiéniques. D'Aymé à Houellebecq, de Berl à Camus, de Colette à Kundera, de Suarès à Modiano, de Queneau à Muray, une cinquantaine de portraits d'écrivains français du XIXe siècle à nos jours figure, dans cette anthologie subjective, partiale, voire de mauvaise foi, et dessinent une certaine idée de la littérature, que l'auteur a défendu et défend toujours dans la presse.

L'auteur
Bruno de Cessole a été notamment journaliste au Figaro, à L'Express et au Point, et critique littéraire des Lettres françaises et des Nouvelles Littéraires. Il a dirigé La Revue des Deux Mondes et est actuellement rédacteur en chef du service culture de Valeurs actuelles. Il collabore également au journal Service littéraire. Romancier à succès, son livre L'Heure de la fermeture dans les jardins d'Occident a obtenu le Prix des Deux Magots en 2009.

Bruno de Cessole, Le défilé des réfractaires, L'Editeur, 2011.
Commande possible sur Amazon.fr.

Céline, idées reçues sur un auteur sulfureux de David Alliot.Au sommaire :

Vie de Céline
– « Céline a eu une enfance malheureuse. »
– « Céline était le médecin des pauvres. »
– « Céline était antisémite. »
– « Céline a collaboré avec les nazis. »
– « Les Danois ont sauvé Céline d’une condamnation à mort. »
– « Céline est mort ruiné. »

Un écrivain dans le siècle
– « Voyage au bout de la nuit a révolutionné la littérature française. »
– « Le Goncourt 1932 aurait dû être attribué à Céline. »
– « Mort à crédit a été mal accueilli par la critique. »
– « Les pamphlets sont interdits de publication. »
– « Céline et Sartre se détestaient. »
– « Il reste des textes inédits de Céline. »

Postérité de Céline
– « Céline est responsable de la mort de Robert Desnos. »
– « Céline était un écrivain d’extrême droite. »
– « Céline est inadaptable au cinéma. »
– « Céline est l’écrivain français le plus étudié aujourd’hui. »

Annexes
– Trois documents inédits
– Un témoignage inédit
– Chronologie
– Œuvres de Céline
– Pour aller plus loin

David Alliot, Céline, idées reçues sur un auteur sulfureux, Ed Le Cavalier bleu, 2011.
Commande possible sur Amazon.fr.

D'un Céline l'autre de David Alliot, recueil de témoignages sur l'auteur maudit.

Les 200 témoignages que regroupe D’un Céline l’autre jalonnent l’itinéraire d’une vie entière : celle de l’écrivain Louis-Ferdinand Céline (1894-1961), depuis sa jeunesse passage Choiseul jusqu’à sa mort à Meudon. Un portrait inédit de Céline émerge ainsi à travers le regard de ceux qui l’ont connu : famille de l’écrivain, amis intimes, admirateurs ou adversaires. La nature des témoignages est d’une grande variété : correspondances, journaux intimes, mémoires, etc. S’ils proviennent généralement de la sphère française, quelques voix étrangères résonnent : les danoises, qui dévoilent le Céline de l’exil entre 1945 à 1951, les allemandes, qui dévisagent le Céline de l’Occupation. Certains textes tiennent en une ligne, d’autres s’étendent sur plusieurs dizaines de pages. Chaque témoignage est minutieusement introduit à la compréhension du lecteur à travers un appareil critique très exhaustif : notice biographique du témoin, origine du texte, contexte dans lequel il a été écrit. Enfin, l’ensemble du livre contient des annotations de nature à éclairer certains aspects de la vie de Céline. Un tiers des témoignages est connu du grand public. Un deuxième tiers ne lui était pas accessible jusqu’ici. Le dernier tiers est totalement inédit. En effet, tantôt les témoignages ont été recueillis par l’auteur auprès des derniers témoins encore en vie, tantôt ils ont été découverts dans des archives encore inexplorées. D’un Céline l’autre est préfacé par Me François Gibault, biographe de Céline, avocat et homme de confiance de Mme Lucette Destouches, veuve de l’écrivain, qui a apporté son soutien au projet. Le livre s’accompagne également d’une biographie synthétique de la vie de Céline, écrite par David Alliot, afin de livrer quelques repères au lecteur profane. Enfin, différentes annexes (chronologie, bibliographie et deux cartes) viennent compléter le contenu du livre.

David Alliot, D'un Céline l'autre, R.Laffont, 2011.
Commande possible sur Amazon.fr.


Dr. Haricot, de la Faculté de Médecine de Paris de Fabrice Vigne.

Les éditions du Pré # carré ont fait paraître au mois de mars 2011 Dr. Haricot, de la Faculté de Médecine de Paris de Fabrice Vigne.
Vous écrire cette lettre a-t-elle un sens ? L'aurais-je écrite, vous aurais-je seulement parlé, vous aurais-je même approché, eussions-nous été contemporains ? Rien n'est moins sûr. Je vous l'avoue, vous ne m'êtes pas sympathique, Docteur. Ce sont les gens sympathiques, que l'on a envie d'entreprendre, avec qui l'on a envie de correspondre. Rien à voir, dans votre cas. Au pire, disons plutôt au plus fort moment de la hantise que j'avais de vous, j'ai entrepris une enquête, un mémoire, un travail de longue haleine, manière de rationaliser ces obsessions. Je n'étais pas étudiant en littérature, mais c'est pourtant à vous que j'ai décidé de consacrer un ambitieux travail universitaire. J'ai pour cela cherché à rencontrer nombre de vos lecteurs. Je les ai écoutés, enregistrés, retranscrits, pour comprendre. Je ne me souviens pas qu'un seul d'entre eux vous ait trouvé sympathique.

pré # carré
52, quai Perrière
38000 Grenoble


Edition en format de poche du Céline d'Emile Brami sous le titre Céline à rebours.

Finira-t-on jamais de prendre parti « pour ou contre » Céline ? Celui qu'André Gide appelait le « maboul » s'en est plutôt bien sorti, mais au prix d'une notoriété de Diogène infréquentable, d'imprécateur furieux et de dangereux affabulateur. On en oublierait presque l'écrivain, qui n'a pas d'équivalent, et le style, sans lequel il n'y aurait pas de scandale. Sa noirceur est si dense qu'on n'y distingue plus l'humoriste. Seul demeure l'épouvantail de Meudon, grimaçant à la postérité.
Le Céline d'Émile Brami n'est pas un « autre » Céline. Ce n'est ni un essai, ni un plaidoyer, ni un portrait à charge, ni une biographie. C'est Céline tel qu'en lui-même, raconté par ceux qui l'ont connu, par ses romans, par ses pamphlets, par ses lettres, par ses lecteurs. Le « célinien » averti y trouvera un regard neuf, soutenu par une documentation originale ; l'amateur découvrira un être infiniment complexe, individualiste forcené, fantasque, contesté, avec ses passions immenses et ses nombreuses faiblesses.
De sa mort en 1961 à sa naissance en 1894, à l'aide de témoignages et de textes rares ou inédits, Émile Brami brosse un Céline à rebours du temps et des lieux communs, tour à tour génial, pitoyable ou hideux : Dr Destouches et Mr Céline, ange et démon de notre littérature... Première édition : « Céline. Je ne suis pas assez méchant pour me donner en exemple... » (Ecriture, 2003) saluée par la presse : « Erudit et enlevé, modeste et indispensable » (Livres Hebdo), « une biographe impressionniste et attachante » (Lire), « tantôt accablant pour l'homme, tantôt éblouissant concernant l'écrivain » (L'Arche).

Emile Brami, Céline à rebours, Ed. Archipoche, 2010.
Commande possible sur Amazon.fr.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire