mercredi 3 avril 2013

Ce monde me paraît extraordinairement lourd...

« Ce monde me paraît extraordinairement lourd avec ses personnages appuyés, insistants, vautrés, soudés à leurs désirs, leurs passions, leurs vices, leurs vertus, leurs explications. Lourds, interminables, rampants, tels me paraissent les êtres, abrutis, pénibles de lenteur insistante. Lourds. Je n’arrive en définitive à classer les hommes et les femmes que d’après leurs « poids ». Ils pèsent… » 

Louis-Ferdinand Céline, Lettre à Evelyne Pollet, 31 mai 1938.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire