vendredi 16 novembre 2012

Christophe MALAVOY à Brive - La Montagne - 6 novembre 2012

Invité par les organisateurs de la Foire du livre de Brives le 11 novembre pour présenter son livre, Céline même pas mort ! (Balland, 2011) et animer une rencontre-lecture des textes du même Céline, l'acteur et écrivain Christophe Malavoy a répondu aux questions de Blandine Hutin pour La Montagne :

Pourquoi un livre sur Céline ?
Pour lutter contre les idées reçues, injustes pour lui ou d'autres. Comme lui est un provocateur, il a produit le pire ; il a attaqué beaucoup, l'armée, l'église… C'est aussi un homme libre, qui a toujours défendu sa liberté de pensée. Mais il a aussi produit le meilleur, on a tendance à l'oublier.

Est-ce un essai de réhabilitation ?
J'essaie d'ouvrir un peu les yeux sur son 'uvre. Ce serait dommage de réduire Céline à ses pamphlets. Et j'essaie de comprendre l'homme, sa souffrance. La Première Guerre mondiale est le terreau de toutes ses douleurs, qu'il a cumulé après dans l'exil, en Afrique… Il était dans un état de délabrement ! Il faut comprendre le choc que cette guerre a été, dans sa chair ; il a frôlé la folie de ne plus pouvoir dormir. On peut alors devenir très méchant.
J'essaie aussi d'élargir le champ de vision. Par exemple, Céline adorait la danse, qui est pour lui la quintessence de l'art. Il aurait voulu écrire des ballets. C'est un peu le drame de sa vie, le rejet de ses ballets ; c'est à ce moment qu'il s'est mis à écrire des horreurs. Je crois que sa trajectoire aurait été très différente s'il avait pu s'épanouir dans ses ballets. D'ailleurs, il projetait d'écrire un livre sur la danse, il n'a pas eu le temps…

Qu'est-ce qui vous touche chez Céline ?
Je suis de plus en plus séduit par son audace littéraire, son délire, sa liberté d'invention en matière de grammaire, d'orthographe. Sa poésie, son imaginaire débordant d'une grande tendresse. Il a regardé le monde sans complaisance et il s'est un peu brûlé les ailes à le décrire tel qu'il le voyait.

Comment avez-vous travaillé pour percer Céline à jour ?  
Je connais bien Lucette Destouches, sa veuve, le pavillon de Meudon ; je suis rentré dans le cercle très fermé des Céliniens. J'ai lu sa correspondance et tout ce qu'on a écrit sur lui ; je connais bien le bonhomme ! Après, comme dans le travail de comédien, il y a une intime conviction. On se rapproche de lui, à force de l'imaginer, on arrive à s'immiscer dans une intimité. Cest un peu étrange, on a l'impression que la personne vous parle…

Vous allez le lire sur la Foire du livre. Comment lit-on Céline ?
Il y a une musique, un rythme Céline. Il faut arriver à transmettre l'émotion. Il y a une incidence entre sa passion de la danse et son écriture ; il faut faire entendre sa musique avec la voix. Céline, c'est un langage parlé, émouvant ; celui de quelqu'un qui confie. C'est composé, mais l'écriture reste très charnelle. Elle va directement toucher à notre chair.
 
Tout le monde peut-il rencontrer Céline ?
Ce n'est pas un auteur facile, mais il y a dans ses livres des passages d'anthologie… Je trouve ça dément qu'on ait un auteur aussi prodigieux et qu'on le relègue. Tout le monde le condamne, mais beaucoup s'en sont inspirés. Il aurait un regard intéressant. C'était un visionnaire, un homme intelligent, cultivé ; une réflexion qui met en garde, qui essaie d'éclairer les consciences. C'est toujours intéressant d'écouter les gens comme lui. 

Propos recueillis par Blandine HUTIN
La Montagne, 6 novembre 2012.


A lire :
> « Christophe Malavoy déraille », e-gide.blogspot.fr, 12 novembre 2012.
 > Les Entretiens du Petit Célinien (IV) : Christophe MALAVOY

Aucun commentaire:

Publier un commentaire