samedi 22 septembre 2012

Théâtre : une adaptation de Voyage au bout de la nuit par la compagnie Möbius-band (2012-2013)

La compagnie Möbius-band proposera une adaptation théâtrale de Voyage au bout de la nuit de Céline entre novembre 2012 et novembre 2013. Avec Elise Roth, Clara Chabalier, Jean-Christophe Laurier, Hedi Tilette de Clermont-Tonerre, Basile Ferriot (musique, son et batterie) et Benjamin Jarry (violoncelle, basse). Mise en scène Pauline Bourse. Durée 1h20.



Dates
> Les 24 et 26 novembre 2012 à « Lilas en scène », 23 bis rue Chassagnolle, 93260 Les Lilas.
> Les 21, 22, 23 et 24 janvier 2013 au Théâtre Universitaire de Nantes à 20h30. www.tunantes.fr
> Les 29 et 30 janvier 2013 à 20h30 à La Pléiade de La Riche, 154 rue de la Mairie, 37520 La Riche. www.ville-lariche.fr 
> Le 8 octobre 2013 à 20h30 à l'Espace Rabelais de Chinon. www.ville-chinon.com.

Contacts
Pauline Bourse
06 64 64 91 66
pauline.bourse@gmail.com

Compagnie Möbius-band
Le Bocal, 95 rue Deslandes, 37 000 Tours
cgniemobiusband@gmail.com
http://mobiusband.fr/

En réponse au titre magique et prometteur du roman, nous proposons au public de voyager ensemble dans l’écriture et le mythe de Céline, loin des préjugés et des appréhensions, pour en révéler toute la puissance révolutionnaire et poétique. Avec cette écriture éminemment libertaire qui explose les règles, déroute en affirmant que l’on peut se moquer de tout et tout remettre en question, Céline nous invite à nous interroger sur notre liberté individuelle et à prendre position. Sommes-nous heureux dans cette société ? Ne sommes-nous pas entravés par des valeurs morales collectivement admises? Quelle est notre marge de manoeuvre en tant qu’individu ? Avons-nous la parole, dans quelle mesure pouvons-nous penser et nous révolter contre l’ordre établi ? Ce roman inaugure symboliquement la mise en place de notre société moderne, l’avènement du capitalisme et le sentiment d’horreur lié à la boucherie humaine rendue possible par la mécanisation des moyens militaires. Bardamu, nouvel Ulysse profondément humaniste, ne cherche plus à rentrer chez lui, mais à trouver sa place et à comprendre un monde agressif et délétère. Le mettre en scène aujourd’hui permet d’offrir sur l’actualité un éclairage nouveau et entre en résonance de façon inattendue avec un monde toujours plus disparate et dur, méfiant et individualiste, qui relance les débats sur l’identité nationale, pauperise certaines classes de la société et cherche à détruire toute entraide. Si, comme le roman, la scène répond à notre besoin de fiction, elle permet également de remplir un rôle politique plus fort et nécessaire. En mettant en scène l’errance et la désillusion d’un Bardamu idéaliste et iconoclaste nous cherchons à penser collectivement la place de l’homme dans la société, en célébrant le rire dadaïste créatif qui sous-tend l’oeuvre de Céline.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire