jeudi 24 mai 2012

Ça suffit comme boulot pour une vie tout entière...

Illustration de Loïk Rocques
La grande défaite, en tout, c’est d’oublier, et surtout ce qui vous a fait crever, et de crever sans comprendre jamais jusqu’à quel point les hommes sont des vaches. Quand on sera au bord du trou faudra pas faire les malins nous autres, mais faudra pas oublier non plus, faudra raconter tout sans changer un mot, de ce qu’on a vu de plus vicieux chez les hommes et puis poser sa chique et puis descendre. Ça suffit comme boulot pour une vie tout entière. 

Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, 1932.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire