samedi 30 avril 2011

Londres vue par les écrivains froggies - L'Express - 29/04/2011

Extrait d'un article de Tristan Savin (Lire) paru sur le site de L'Express le 29 avril 2011:

[...]
Paul Morand, attaché à l'ambassade de France en 1913, fréquente les beaux quartiers et les théâtres, dîne chez Scott's, hèle le dernier cab de la ville ("sorti tout droit des premiers Dickens") et affectionne Piccadilly Circus, comparé à une grande horloge à six aiguilles. Il déclare : "Londres est ma mascotte." Son livre Londres paraîtra en 1933. On y peut lire : "De South Kensington, c'est une jolie promenade un matin de mars que de descendre à Hyde Park et à Piccadilly, par Brompton Road, plein de chiens singuliers, de marchands de tulipes et de jolies Anglaises en peaux de panthère, qui vont faire leur marché chez Harrods."

Morand a-t-il croisé Louis-Ferdinand Destouches ? Blessé au front en 1914, celui qui ne s'appelait pas encore Céline est affecté au service des visas du consulat français à Londres et se marie dans la capitale britannique - comme Mallarmé - en janvier 1916.

Guignol's band se fera l'écho de ces années londoniennes : "Y a des moments pour le "Strand", d'autres pour "Trafalgar"..." Et bien sûr des moments pour les pubs : "Il jouait comme ça au piano pour gagner sa vie entre "l'Elephant" et le "Castle", les deux extrêmes du Mile-End. [...] On se retrouvait à La Vaillance, le pub des plus gratins du Lane, l'avenue passagère, celui qu'a sept comptoirs massifs avec proues sculptées dans l'ivoire et rambardes en cuivre à torsades." Céline affectionne les promenades : "Comme ça tout en bavardant on est arrivé au "Mall" la grande Avenue devant le Château... Buckingham Palace... la belle allée cavalière... On s'assoit là sur un banc..."

Bien plus tard, dans Le pont de Londres, le Bardamu du Voyage au bout de la nuit est envoyé en Angleterre. Céline a gardé la nostalgie des quartiers jadis hantés, Trafalgar, St Martin, Hyde Park et le port.
[...]

Tristan SAVIN
L'Express, 29/04/2011

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire