samedi 12 février 2011

Louis-Ferdinand CÉLINE : « d@ns le texte » (9/2/2011)

Émission "d@ns le texte" du 9 février 2011 consacrée à Louis-Ferdinand Céline. Animée par Judith Bernard, avec André Derval, responsable du fonds d’archives Céline à l’Institut Mémoires de l’Edition Contemporaine (IMEC), a publié notamment L'accueil critique de Bagatelles pour un massacre et Frédérique Leichter-Flack, auteur de La Complication de l'existence : Essai sur Kafka, Platonov et Céline (2010).


5 commentaires:

  1. Avec Frédérique Leichter Flack, faudrait accompagner chaque lecteur dans sa lecture de Voyage pour lui souligner la ligne rouge des idées démocratiques franchies par Céline... Soit. Mais il faudra aussi s'y mettre avec bien d'autres écrivains, même La Fontaine, Corneille, Voltaire, Chateaubriand, Balzac, Baudelaire, Maupassant, Rimbaud, Sade. Et les surréalistes, écrivains ou peintres ! Et les écrivains cyniques, anarchistes, grecs, russes et américains... Flackage, flicage complet de la littérature. Une seule grille de lecture admise : les bons sentiments. Une seule littérature recommandable : Rousseau ! Ah ! que Céline avait raison de se méfier du Jean-Jacques, de ses émules... On en revient toujours à la question posée par Céline après bien d'autres (La Rochefoucauld) : l'homme est-il bon comme le prétend Rousseau, est-ce la société qui le rend mauvais ? Qui apprend aux enfants à tirer la queue du chat et à arracher les ailes des mouches ?

    RépondreSupprimer
  2. Et Frédérique Leichter-Flack n'est pas n'importe qui ! une grosse tête ! agrégée, première de ceci et de cela, sortie de la rue d'Ulm et de Science-Po, etc... Voir son curriculum sur Google... Future prof de fac sans nul doute. Qui sait, ministre de la culture ou au moins secrétaire... avec ses bonnes et justes idées sur les guerres justes et celles qui ne le sont pas, sur la littérature démocratique et la littérature douteuse idéologiquement à expliquer aux ados... Ça fait froid dans le dos...

    RépondreSupprimer
  3. tout ce tient finalement en une phrase "il y a des guerres justes" selon FLa flaque...d'où viens-t-elle où vas-t-elle comme le pressent l'anonyme?
    en ce qui concerne l'exclusion mémorielle de Céline, il l'aurait voulu ainsi , il a donc gagné; on ne peut voire l'homme encensé? soit, mais la "manière" dont il fut exclut est douteuse, un froncement de sourcil de Klarsfeld aura suffit à faire plier la république...fragile république ,n'est-ce pas?

    Hypolite Sali

    RépondreSupprimer
  4. "Nauséabond"14 février 2011 à 05:13

    Pensées toxiques....

    RépondreSupprimer
  5. Très intéressant tout cela. Non pas pour les analyses au fond mais pour le bâti qui les soutient. Frédérique Leichter Flack affirme sans rougir avec sourire et docte assurance qu'il conviendrait de laisser lire L.F.C mais en enfilant une capote au pur esprit des étudiants... Attention chef d'oeuvre ! Mais chef d'oeuvre anti-démocratique ; chef d'oeuvre anti-Rousseauiste ; chef d'oeuvre anti-revolutionnaire.

    Frédérique Leichter Flack ? Conscience éclairée de Pol Pot ! Il y a toujours de ces universitaires illuminés, égarés dans le sillage des dictatures du prolétariat. Toujours préts à ré-éduquer qui ou quoi ; à te tracer les frontières du bien-lire, du bien-vivre et du bien-penser ; Goulag, goulag.

    Finalement ce n'est pas l'anti-sémitisme de LFC l'affaire grave ! Non. C'est son rejet et son mépris de l'élite : Peutt ! Peutt ! C'est bien ça qu'elle a sur l'estomac Mme Leichter Flack.

    Figaro

    RépondreSupprimer