mercredi 18 juin 2014

Vente d'une correspondance inédite de CÉLINE à Mme BAILLES le 5 juillet 2014 à Marseille

Mme Bailles, « Toulousaine, demeurant 21, place Dupuy, a été destinataire en janvier 1950 d'un acte d'acquittement de la Société Denoël ». C'est tout ce que l'on savait de cette mystérieuse correspondante jusqu'à aujourd'hui grâce au Dictionnaire de la correspondance. Le 5 juillet prochain à Marseille sera proposée à la vente par l'étude Dianous-Diard une série de neuf lettres inédites de Céline adressées à cette Madame Bailles (et une lettre à un destinataire inconnu) datées de juin 1947 à 1950 (1), « accompagnées de quatre enveloppes seulement aux timbres grossièrement arrachés » selon Jacques d'Aspect, expert de la vente, qui a retranscrit cette correspondance ; à laquelle vient s'ajouter un Mémoire en défense de L.-F. Céline composé de 10 feuillets dactylographiés datés du 6 novembre 1946.

Ce sont donc des lettres envoyées pendant la période d'exil de Céline au Danemark, dans lesquelles on retrouve un Céline souffrant de son déracinement forcé et où il se remémore quelques souvenirs consolant comme « ses études au laboratoire maritime de Roskoff » ou d'autres parfois plus ou moins « évaporés dans le temps ». Avouant au détour d'une phrase que les hommes réalisent souvent des « sottises politiques », c'est aussi le moment pour Céline, il le fera souvent, de distiller quelques conseils à sa correspondante :
« Ne quittez pas la France — coûte que coûte - accrochez vous – Il n’y a d’esprit pour nous que là, celtes - et de salut - Seulement évidemment avec des accommodements – avec le diable ! Ah il faut penser à lui – Si j’ avais a refaire ma vie comme je saurais bien m’arranger - J’écrirai un livre de bonheur de ma tombe ! »
Ou ses recommandations de santé qui ne sont pas sans nous rappeler celles données avant guerre à quelques amies étrangères :
« il ne faut tomber ni dans l’alcool ni dans les toxiques - ! ça n’arrange rien et aggrave tout - Il faut surtout je pense essayer de beaucoup dormir – on ne dort jamais assez longtemps assez profondément – le sommeil est vraiment la seule source de bonheur - Il donne seul la force de supporter la vie »
Aussi, plusieurs thèmes récurrents dans la correspondance célinienne reviennent dans cet échange avec Mme Bailles, comme l'argent :
Lettre de Céline à Mme Bailles du 20 juillet 1948
« La vie est hors de prix partout c’est le standard mondial la France peut se suffire toujours a elle même. c’est encore le pays où il fera le mieux vivre tout considéré, a condition de ne pas rêver Packard, chasse à courre, et diamants du Cap »
La sexualité :
« Foutre ! beauté, rigolade, affection sont plus importants que sexe ! Truc de mouches – Je serais même bien partisan que les femmes couchassent toutes ensemble par hygiène - Repos des hommes, bonheur des dames ! »
 La médecine :
« Si je n’étais pas entré dans la médecine par la toute petite porte […] j’aurais fait un psychiatre »
Il rappellera enfin son amour des danseuses et en particulier son attachement profond à Lucette : 
« ange de beauté, de vaillance, et grâce », « le coeur en personne - et sur la main »

Notes
1 - Dates rectifiées à la lecture de L'Année Céline 2013 (Du Lérot, 2014).

Samedi 5 juillet 2014
14h30
Marseille Enchères Provence
51, rue Alfred-Curtel -13010 MARSEILLE
04.91.79.05.11 - Courriel : g.dedianous@wanadoo.fr

Expert
Jacques d'Aspect - “L’Atrium” Saint-Barnabé-Village - 13012 MARSEILLE
04 91 85 36 55 – 06 20 72 19 88 - daspect.jacques@neuf.fr

Aucun commentaire:

Publier un commentaire