mercredi 11 juin 2014

La bibliothèque célinienne de Paul CHAMBRILLON

Journaliste et critique de théâtre, Paul Chambrillon (1924-2000) est surtout connu des céliniens comme réalisateur d'enregistrements sonores. C'est lui qui fut à l'initiative du double CD Anthologie Céline. Pour ce travail de promotion de l'oeuvre, il nouera avec Céline une sincère amitié qui se dévoilera dans la correspondance qu'il échangera avec l'écrivain. L'étude Kapandji-Morhange organisera la vente le 24 juin 2014 à Drouot de sa bibliothèque, en grande partie célinienne. Vous y trouverez photographies, livres (souvent dédicacés), journaux et coupures de presse des années 30 à 60 et les correspondances avec Céline et de nombreux personnages gravitant dans l'univers célinien : Albert Paraz, Marcel Aymé, Arletty et Michel Simon, Alphonse Boudard pour ne citer qu'eux. Nous reproduisons ci-dessous le texte de présentation du catalogue de la vente disponible en version numérique ici.


Mardi 24 juin 2014 à 14h
Drouot Richelieu Salle 9


La bibliothèque de Paul CHAMBRILLON
La pensée contradictoire au quotidien.
Mais qui était donc vraiment Paul Chambrillon ?

Il fut sans conteste un des plus ardents promoteurs de l’oeuvre de Louis-Ferdinand Céline – autant que défenseur de l’homme – durant les cinquante dernières années. Réalisateur d’enregistrements sonores (sous le pseudonyme de François Gardet, puis sous son propre nom), il fait paraître en 1955 le premier disque réunissant un choix de textes de Céline, dits par Michel Simon et Arletty, et deux chansons de Céline interprétées par l’auteur lui-même. [Disque et Mort à crédit avec envois, photos dédicacées ]
Céline lui sera très reconnaissant d’avoir oeuvré en sa faveur, et l’amitié sincère qu’il portait à Paul Chambrillon transparaît dans les lettres qu’il lui adresse. [Lettres de Céline, dont liste des destinataires]
Critique de théâtre, il n’aura de cesse de suivre de près et de soutenir toutes les adaptations scéniques d’oeuvres de Céline, qu’elles soient le fait de metteurs en scènes reconnus ou de troupes discrètes.
Proche de Marc Laudelout et collaborateur du Bulletin célinien, il s’est toujours tenu informé des publications concernant l’auteur du « Voyage », dont il s’est procuré la majeure partie. Il constitua également des dossiers de presse réunissant des journaux d’époque, ou des coupures, touchant aussi bien l’homme que l’oeuvre. [Présentés]
Dès les années 50, et jusqu’à sa disparition, Paul Chambrillon, avant tout homme de plume, n’a jamais hésité à réagir par courrier ou par voie de presse, à toutes les critiques ou jugements dont Céline a pu faire l’objet.
Toute l’activité de Paul Chambrillon fut de près ou de loin empreinte de l’oeuvre de Céline et de l’univers célinien. Il fut l’ami d’Albert Paraz, et à ce titre obtint de Céline un texte d’hommage qu’il fit paraître peu après la disparition de l’auteur du Gala des vaches. [Texte autographe de Céline ; photos livres dédicacés, lettres de Paraz]. Il portait un vif attachement aux auteurs qui pratiquaient une langue verte, ceux qui ne mâchaient pas leurs mots, ceux qui témoignaient d’un monde attachant, tels Pierre Mac Orlan, ou le très original Renzo Bianchini avec lequel il entretint une importante correspondance. [lettres dans ce catalogue]
Proche de Marcel Jouhandeau également, durant de longues années, il réalisera en 1960 un disque 33 tours dans lequel l’écrivain lui-même dit ses textes ; un important ensemble d’ouvrages dédicacés par l’auteur à Paul Chambrillon, ainsi que quelques manuscrits de Jouhandeau, sont présentés ici pour en témoigner.
Il goûtait également l’art brut et fut proche du peintre et poète Robert Tatin. [importantes lettres illustrées par R. Tatin].
Enfin, cette vente offrira l’occasion de découvrir une autre amitié de Paul Chambrillon : celle qui le lie à Alphonse Boudard. À travers un ensemble de lettres de l’écrivain, sans doute les toutes premières de sa carrière, on assiste à la naissance de Boudard romancier. Les doutes, puis l’enthousiasme de l’écriture, même dans des conditions de vie difficiles, la rédaction des deux premiers romans, « La métamorphose des cloportes », puis « La cerise », l’enjeu du succès et de la reconnaissance, tout y est décrit avec une généreuse franchise, et bien sûr dans le langage très vivant d’Alphonse... Cet exceptionnel ensemble de lettres inédites, c’est « Boudard avant Boudard ».
La bibliothèque de travail du grand critique que fut Paul Chambrillon rassemble pêle-mêle un amoncellement considérable d’ouvrages qui peuvent sembler « accumulés en vrac », mais qui furent surtout de véritables compagnons de route pour celui dont le métier était de commenter et souvent de soutenir le travail de ses contemporains. La littérature, la poésie tout autant que le théâtre y tiennent une place de choix mais ils sont entourés de fictions policières et de publications et d’essais de criminologie qui ont aussi passionné Paul Chambrillon comme reflets de la misère humaine au sens célinien. [Elle sera dispersée en lots en fin de vente.]
Sans prétendre à une exhaustivité complète, il est notable que les opinions et tendances présentées dans les documents de la bibliothèque sont souvent contradictoires entre eux et sans aucun doute aussi avec les positions personnelles de Paul Chambrillon, illustrant son goût pour la controverse et peut être pour le paradoxe. Tous ces documents vont désormais être livrés à de nouveaux lecteurs et suivre une nouvelle route. Cette circulation des idées et leur confrontation à l’esprit du 21e siècle sont en accord avec ce pour quoi Paul Chambrillon a oeuvré pendant sa vie littéraire et gageons que cette nouvelle vie offerte à sa sélection personnelle lui aurait plu.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire