lundi 31 octobre 2011

L'harmonie des songes...

Bien sûr que je vais pas tout vous dire. Ils furent trop infâmes avec moi. Ce serait trop grand service leur rendre ! Je veux qu'ils dégustent encore un peu... C'est pas de la vengeance ni de la crosse, c'est que du prudent sentiment, une précaution ésotérique. On ne joue pas avec les présages, ça coûte la vie d'être indiscret ! Je leur en dis un petit peu, ça va ! Je fais un petit effort, c'est convenu, j'épuise pas mon charme. Je reste au mieux avec les musiques, les petites bêtes, l'harmonie des songes, le chat, son ronron. Voilà qui est parfait ainsi. Une jouissance pas davantage, autrement je me tripote, trafique, je m'énerve, je me mets en valeur, je me perds crâneur, c'est fini ! au diable les prestiges ! Je descends aux cailloux, je bute partout, je m'affale, je me proclame Empereur, le Parquet me recherche, me trouve, je reste tout con, tout le monde m'agresse, me dépèce, c'est le coup du Napoléon.

Louis-Ferdinand Céline, Guignol's band I, 1944.( p.99 Pléiade)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire