vendredi 26 août 2011

Vient de paraître : Céline, derniers clichés de Pierre Duverger

Les éditions Ecriture et l'IMEC publient Céline, derniers clichés, les meilleures photographies de Céline prises par Pierre Duverger entre 1957 et 1961. Préface de Viviane Forrester, avant-propos d'André Derval et postface de François Gibault.

Présentation de l'éditeur
Devenu photographe après-guerre, Pierre Duverger réalise, de 1957 à 1961, une série de 71 clichés au domicile de Céline, à Meudon, à l'aide de son Leica M3. Les meilleures de ces photos inédites, dont quelques-unes furent révélées en 1981 par la Revue célinienne, sont rassemblées dans cet album sobrement légendé.
Les clichés de 1957 présentent l'écrivain à sa table de travail ou au côté de sa femme Lucette, au balcon de leur pavillon. Ceux de juillet 1960 sont en couleur : on y voit l'écrivain, en pelisse, assis dans son jardin, muni de sa canne. Enfin, un reportage réalisé le 1er juillet 1961 montre notamment Céline sur son lit de mort.

Pierre Duverger, Céline, derniers clichés, Ed. Ecriture/IMEC, 2011.
Commande possible sur Amazon.fr.

8 commentaires:

  1. Que vaut-il ???
    les photographies sont-elles vraiment originales ? (jamais vues)

    RépondreSupprimer
  2. j espere qu il y a qd meme des inedites sinon a quoi bon acheter

    RépondreSupprimer
  3. ça reste un bel album de photos... accompagné de 3 textes...

    RépondreSupprimer
  4. Préfacé par Vivianne Forester, Duverger doit se retourner dans sa tombe !

    RépondreSupprimer
  5. La préface porte sur les pamphlets qui sont définis comme des appels au meurtre, aux camps, au génocide, une complicité avec Hitler sur ce sujet, et sur le silence de Céline au sujet des camps et des morts. Mais Viviane Forester oublie ou ne sait pas que dans les années 50-60, on n'en parlait pas. Les rescapés n'en parlaient pas ou extrêmement peu. C'est après 1960 qu'on a commencé à en parler, à publier, à filmer.

    RépondreSupprimer
  6. C'est amusant, Duverger, admirateur des combattants de la LVF, rééditeur pirate des pamphlets de Céline et d'autres textes antisémites, admirateur inconditionnel de Céline, préfacé de la sorte par Vivianne Forester et postfacé, édité par André Derval, comme si l'argent n'avait pas d'odeur, l'emportait sur les petites convictions idéologiques, sans pince à linge au nez, et sans brassard de deuil au bras.

    RépondreSupprimer
  7. Pour un titre annoncé depuis un temps certain, c'est une déception, au moins iconographiquement : la plupart des photos sont connues, et celles qui sont (seraient ?) inédites sont des clones de celles qu'on connaît. Quant au "reportage" au lendemain de la mort de Céline, c'est la photo sur le lit de mort déjà parue, une de Coco (la belle affaire) et une de son bureau dans son habituel bordel.
    Je n'ai pas encore lu le rédactionnel, mais enfin, cette nouveauté me semble bien dispensable...

    RépondreSupprimer