mardi 3 mai 2011

Céline super star - Charles Vaugeois - NRH, mai 2011

Frédéric Mitterrand, le ministre de la Culture, ne s’était pas trompé en inscrivant dans les célébrations de l’année 2011 le nom de Céline (Louis Destouches pour l’été civil), mort il y a cinquante ans, le 1er juillet 1961.
Me Klarsfeld en a jugé autrement. Ayant un peu élevé la voix, selon son bon plaisir, le nom de Céline a été aussitôt rayé des célébrations. Quelle chance de savoir que des princes nous gouvernent ! Personne n’ignore que Céline fut le plus grand écrivain français du XXè siècle, rénovateur du langage et du style. A titre privé, le personnage, comme beaucoup d’écrivains, n’était pas un modèle de tenue. Accessoirement, il était antijuif, au moins depuis Bagatelles pour un massacre (1937). Ancien combattant de 1914, spectateur impuissant du gigantesque holocauste européen qui se poursuivit jusqu’en 1918, il prévoyait, vers 1937, avec horreur, qu’on allait « remettre ça ». Il attribuait aux « Juifs » l’ardeur qui poussait à la guerre contre Hitler. Ce fut la cause des incantations qui l’ont rendu infréquentable, sans rien retirer à son génie. Et c’est bien ce qui étonne. Malgré le grand interdit attaché à ses sulfureuses invectives, il écrase ses censeurs de son talent et de son incroyable célébrité posthume. Impossible d’ailleurs de répertorier tout ce qui est publié cette année sur « Bardamu ». Signalons quand même quelques livres qu’on ne peut ignorer.
D’abord chez un nouvel éditeur, Pierre-Guillaume de Roux, la reprise corrigée de la fameuse biographie de Philippe Alméras, Céline. Entre haines et passion (512 p., 23.90€). Une biographie critique , écrite sur le ton d’alacrité ironique qui fait le charme grinçant d’Alméras.
Ensuite, dans la collection Bouquins (Robert Laffont, 1172 p. 30€), D’un Céline l’autre. Ce volume, préfacé par Me François Gibault (avocat de Céline et de sa veuve) rassemble plus de 200 témoignages passionnants qui scandent l’itinéraire de l’écrivain. Ils ont été recueillis par David Alliot. S’y ajoute un utile appareil critique. David Alliot revient sur le sujet dans un petit livre publié au Cavalier bleu : Céline, idées reçues sur un auteur sulfureux, une façon de récuser la légende noire (171p., 19€), Il récidive même avec un autre petit livre publié chez Horay (120p., 7.50€), sous le titre Louis-Ferdinand Céline en verve. Il s’agit d’un recueil de citations et d’aphorismes que l’on peut glisser dans la poche pour épater les copains et les demoiselles.


Charles VAUGEOIS
La Nouvelle Revue d’Histoire, mai 2011.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire