jeudi 30 décembre 2010

Louis-Ferdinand CÉLINE par Pierre PERRET (1998)

Dans son album La bête est revenue, sorti en 1998, Pierre Perret consacre une chanson à Céline intitulé "Ferdinand":



11 commentaires:

  1. Avant 1975, Pierre Perret, sur les ondes, déclarait ne lire que du Céline...

    RépondreSupprimer
  2. À ce qu'il parait, il aurait été un très bon ami de Paul Léautaud... Enfin, c'est qui lui qui le dit.

    RépondreSupprimer
  3. Ami de Léautaud ? Léautaud ne mentionne pas une seule fois le jeune chanteur dans son Journal où il consignait pourtant toutes les rencontres... Fatigue de Léautaud ?
    Ami de Léautaud? qui dans son Journal vitupère les Juifs avant et pendant l'Occupation, les rendant responsables de la défaite...Mais c'était un Journal intime...
    En 1998, année de la chanson Ferdinand, Pierre Perret a reçu le grand prix de la LICRA.
    Et puis, il a préfacé sans dégoût un livre d'extraits du Journal de Léautaud, extraits bien choisis.
    Tonton Archibald se cache sous quel nom ?

    RépondreSupprimer
  4. Au moins Pierre Perret a le mérite de chanter et de proclamer ses positions envers Céline. Il le fait, semble-t-il, avec sincérité. Donnons-lui au moins ce bénéfice du doute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, comme faux cul on ne fais pas mieux ! Quand a ses chansons de demago, elle n'ont plus rien a voir avec la qualité de celles qui ont fait son succes....Perret aurait il perdu humour et inspiration, pour n'avoir plus que des purges aux textes digne d'un rimailleur sans finesse a offrir a ses fans. Ou est donc passé le génie du tort boyau et tant d'autres petites merveilles....

      Supprimer
  5. Quel mérite de composer une chanson contre Céline ? Voie royale ! Sincérité ? Pourquoi pas ? Il est si sympa, Perret... Et il a écrit de si belles chansons. Et si drôles aussi. Bénéfice du doute ? Qui est l'accusé ? Pas Perret ! Né en 1934, Perret avait dix ans en 44, et il a commencé à lire du Céline en 1954, bien averti de la biographie du pamphlétaire. Au temps où il chantait au "Tord Boyaux", restaurant de la rue Saint-Jacques, il proclamait son admiration pour Céline. C'était vers 1955 -1960. Alors ? Alors ? Chercher la femme ?

    RépondreSupprimer
  6. Tiens! J’ignorais l’histoire du prix de la LICRA... Intéressant! En plus que Léautaud disait que : celui qui accepte un prix est une putain! Alors…Une femme, dites-vous? Hum! Le tribunal en tiendra-t-il compte?

    RépondreSupprimer
  7. Pierre PERRET est un arriviste de première catégorie qui sous ses airs bon enfant veut faire passer ses "bonnes idées" anti-racistes à condition de lui rapporter plus d'argent.
    Mais il ne veut surtout pas que cette mixité sociale lui soit infligée.

    RépondreSupprimer
  8. Sa chanson est nulle en tout cas, aussi bien l'air que les paroles.

    RépondreSupprimer
  9. Pierre lute contre tous RASCISME!

    RépondreSupprimer
  10. Ça ne vole pas très haut... Plutôt décevant de sa part...

    RépondreSupprimer