samedi 11 décembre 2010

Julien Gracq à propos de Louis-Ferdinand Céline

Il y a dans Céline un homme qui s’est mis en marche derrière son clairon. J’ai le sentiment que ses dons exceptionnels de vociférateur, auxquels il était incapable de résister, l’entaînaient inflexiblement vers les thèmes à haute teneur de risque, les thèmes paniques, obsidionaux, frénétiques, parmi lesquels l’antisémitisme, électivement, était fait pour l’aspirer. Le drame que peuvent faire naître chez un artiste les exigences de l’instrument qu’il a reçu en don, exigences qui sont - parfois à demi monstrueuses - avant tout celles de son plein emploi, a dû se jouer ici dans toute son ampleur. Quiconque a reçu en cadeau, pour son malheur, la flûte du preneur de rats , on l’empêchera difficilement de mener les enfants à la rivière.

Julien Gracq, En lisant, en écrivant, Librairie José Corti, 1980, p.186.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire